Rechercher

Halle de Rouvray : Carrière Didier Gazeau lauréat de l’appel d’offre lancé par la Villette !

L’atelier Carrière Didier Gazeau est fier d’avoir été choisi par l’Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette (EPPGHV) pour réhabiliter la halle de Rouvray, friche industrielle en lisière sud du parc de la Villette.


Bien que située en plein cœur du parc de la Villette, la halle de Rouvray est peu connue. Il s’agit d’un ancien atelier de métallerie et de menuiserie du service des canaux, arborant un style industriel caractéristique. Abandonnée depuis 1994, la halle s’apprête à faire l’objet d’une réhabilitation complète à l’initiative de l’EPPGHV en vue d’y développer des nouvelles activités.

Cette réversibilité du patrimoine architectural fait particulièrement écho aux réflexions développées par l’agence, pour qui la transformation et la revalorisation de bâtiments du vingtième siècle constitue l’une des thématiques centrales.

La halle de Rouvray représente donc un projet particulièrement enthousiasmant et inspirant pour l’agence ainsi que pour l’équipe pluridisciplinaire de laquelle elle s’est entourée. La nouvelle halle se veut comme un parapluie, ouvert sur l’extérieur et propice à de nombreux programmes et usages variés, tels que des ateliers de médiation culturelle, des expositions temporaires, des spectacles acoustiques, des marchés de saveurs, des festivals, etc.

Réhabiliter l’existant, c’est aussi faire face aux enjeux actuels. Ainsi, l’agence est convaincue que le projet doit être exemplaire sur le plan écologique. Aussi, l’agence favorisa le réemploi et la conservation des éléments présents sur site, constituant l’ADN de l’architecture existante, et quantifiera l’énergie grise nécessaire à la réalisation du projet.

La livraison de ce projet est prévue pour fin 2023.


--

Maitre d’ouvrage :

Etablissement public du parc et de la grande halle de la Villette

Architecte & BET Structure :

Carrière Didier Gazeau

Economiste :

A+Eco

BET fluides :

RCA

Mise en lumière / ambiance nocturne :

Coup d’éclat »